Skip to content

Plus que 3 jours pour postuler à un mandat d’assistant

Les assistants sont une pièce maîtresse de notre système d’enseignement et de recherche universitaire. Ils réalisent un doctorat (PhD) et assistent les profs en se chargeant des travaux pratiques, labo, séances d’exercices, etc. La Faculté des Bioingénieurs ouvre 4 postes cette année. La deadline pour postuler est le 22 mai. Il y a 4 domaines couverts.

Pour ce qui concerne les enseignement dont j’ai la charge, c’est cet assistant qui sera concerné (chimie physique, matériaux et procédés): lien vers l’annonce

Le ou la candidat(e) devra choisir un(e) promoteur(trice) de thèse et un sujet. Si c’est moi, ça parlera de catalyse ou de biocatalyse hétérogène. N’hésitez pas à me contacter (damien . debecker @ uclouvain . be) ou à contacter la Fac.

DD

Seminar: Methods for the Development of Novel Enzyme Activities: Carbonyl-Olefinations (May 9, 14.00)

In the framework of a collaboration – supported by the recently obtained “PhosAgro/UNESCO/IUPAC research grant in green chemistry” – we have the pleasure to host Jun.-Prof. Martin Weissenborn in our lab.

Martin comes from the Leibniz Institute of Plant Biochemistry, in Halle, Germany. I had the chance to work with him during my post-doctoral stay at the University of Manchester, in 2012. He was then a PhD student in the group of Sabine Flitsch and Nick Turner. Now, this collaboration will allow us to jointly to follow up on this work.

Martin will present a lecture on May 9 (14.00, LAVO 51, Place Louis Pasteur in Louvain-la-Neuve). He will focus on how to find novel enzyme activities.

Please join us!

Here is the abstract of the talk:

Biocatalysis has a growing ‘toolbox’ of commercially available enzymes which are capable of catalysing functional group interconversions with exceptional regio- and stereoselectivities. Biocatalysts for the formation of C–C bonds, however, are largely undeveloped. Due to their importance in organic chemistry and to build complex molecules for the use in synthetic biology, enzymes can be used as catalysts for C–C bond formations.  Organisms consist of a vast diversity of proteins which vary in size, structure and function. E. coli, for instance, contains 4400 proteins of which only 50 % have been experimentally characterised. Most of these proteins are presumably promiscuous. Screening organisms such as E. coli with non-natural substrates — like carbenes — could reveal new enzyme activities and promiscuities of thus far uncharacterised proteins.  Therefore, a general method to find novel enzyme activities has been employed which recently resulted in the identification of the first enzyme catalysed carbonyl-olefination reaction. This method is structured into three parts: 1) probing the natural repertoire of proteins by utilising concentrated cell lysates, 2) performing biocatalytic studies on the identified protein and reaction, 3) developing the corresponding protein towards useful and industrial relevant substrates and products by using directed evolution in combination with a cell growth selection assay.  This general approach is applicable to any organism and catalytic reaction of interest.  My talk will be about the employed method to find novel enzyme activities as well as the discovered enzymatic Wittig-type carbonyl-olefination reaction and its application.  

22 mars 2016 – Au cours, les étudiants s’agitaient autour de leurs smartphones

Je suis un prof plutôt zen. À l’étudiant qui regarde son smartphone plutôt que de s’attacher à déchiffrer ce que je griffonne au tableau, je ne fais jamais de remarque. Après tout, c’est son problème. Tant que ça ne dérange pas le bon déroulement du cours. De même, les petits chuchotements, dans un auditoire globalement calme et respectueux, ne me gênent pas. Et si d’aventure ils me gênent, un regard appuyé suffit à ramener les éléments dissipés au calme.

Mais ce jour-là, au cours, le 22 mars 2016, tout est différent. Je tente de me concentrer sur les explications que je dois donner à mon auditoire. Ce faisant, mon regard bute, à répétition, sur des étudiants anormalement distraits par leurs smartphones. J’applique mon susmentionné regard appuyé, sans succès. Les étudiants chuchotent. Se retournent pour montrer l’écran de leurs appareils connectés aux voisins. Mon regard désapprobateur devient insistant et sévère. C’est presque l’heure de la pause, mais je m’apprête à faire une remarque. Un étudiant le perçoit. Il sait que je ne sais pas. Il me toise d’un œil grave, perplexe, anxieux. Un regard que je n’oublierai jamais. Il y a un problème. Zaventem. Maelbeek. Bombes. Morts.

Quelques mois plus tôt, avec ce même groupe d’étudiants, la voix tremblante, j’interrompais le cours – comme partout – pour demander à tous de se lever et d’observer une minute de silence. Bataclan. Terrasses. Bombes. Morts.

Cette fois, c’est chez nous, à Bruxelles. Ça ne change rien ; c’est toujours ce même sentiment d’horreur. Simplement, ce jour-là il y a en plus une inquiétude pour les proches. Palpable. Chacun sort de la classe. Chacun appelle ses parents, ses amis.

La pause durera un peu plus longtemps que d’habitude ce 22 mars 2016.

“Sol–Gel Chemistry: A Toolbox for Catalyst Preparation” – Call for paper

Acting as a guest editor of a special issue entitled “Sol–Gel Chemistry: A Toolbox for Catalyst Preparation”, to be published by the open access journal “Catalysts“, I invite you to consider submitting your latest work on the topic!

Sol–gel chemistry encompasses a wide range of chemical routes that allow producing tailored solid materials starting form molecular precursors. Specifically in the field of heterogeneous catalysts preparation, sol–gel methods permit the design of advanced catalytic formulations showing unique properties. Taking advantage of the controlled synthesis conditions in sol–gel methods, chemists develop catalytic materials which exhibit improved catalytic performance thanks to their advantageous textures, structures, compositions, homogeneity, surface functionality, etc. This field is evolving quickly as, for example, new processing modes, new molecular precursors or new templating agents are proposed.

In fact, our ability to modernise industrial chemistry, strongly relies on our aptitude to design and understand new types of catalysts with specific properties and exhibiting remarkable catalytic behaviour. The challenges are numerous. The transition from a petro-based chemical industry to a bio-based one requires multifunctional catalysts that can withstand polar working conditions. Embracing the huge potential of natural or genetically engineered enzymes requires effective immobilization strategies to obtain efficient heterogeneous biocatalysts. Turning batch chemical processes into continuous flow mode processes requires catalysts that can be moulded so as to allow optimal mass transfer. In all these examples, sol–gel chemistry can help shape innovative solutions.

Catalysts MDPI - Damien Debecker - special issue - guest editor - sol-gelThis Special Issue aims to cover recent progress and trends in synthesizing advanced heterogeneous catalysts by sol–gel chemistry routes.

Assoc. Prof. Damien P. Debecker
Guest Editor

Keywords

  • Sol–gel chemistry
  • Evaporation-induced self-assembly
  • Hybrid catalysts
  • Enzyme immobilization
  • Mixed oxides
  • Flow chemistry with heterogeneous catalyst
  • Porous catalysts
  • Monoliths and shaped catalysts
  • Multifunctional catalysts
  • Hierarchical porosity
  • Immobilization of organometallic complexes
  • Xerogel
  • Aerogel
  • Aerosol
  • Non-hydrolytic sol–gel
  • Sacrificial templates and surfactants

 

Submission

Manuscripts should be submitted online at www.mdpi.com by registering and logging in to this website. Once you are registered, click here to go to the submission form. Manuscripts can be submitted until the deadline. Papers will be published continuously (as soon as accepted) and will be listed together on the special issue website. Research articles, review articles as well as communications are invited. For planned papers, a title and short abstract (about 100 words) can be sent to the Editorial Office for announcement on this website.

Submitted manuscripts should not have been published previously, nor be under consideration for publication elsewhere (except conference proceedings papers). All manuscripts are refereed through a peer-review process. A guide for authors and other relevant information for submission of manuscripts is available on the Instructions for Authors page. Catalysts is an international peer-reviewed Open Access monthly journal published by MDPI.

Please visit the Instructions for Authors page before submitting a manuscript. The Article Processing Charge (APC) for publication in this open access journal is 1000 CHF (Swiss Francs).

Funded PhD student position available in the field of heterogeneous catalysis

(PhD position now taken – stay tuned for next opportunities)

 

My colleague, Prof. Eric Gaigneaux is hiring a PhD student. If interested apply ASAP!

 

Research topic:

Hybridization of polyoxometalates towards heterogeneous catalysts with tuned hydrophilic-hydrophobic balance

IMCN - Institute of Condensed Matter and Nanosciences - UCLouvain

Contact:

Eric Gaigneaux ; E-mail : eric.gaigneaux@uclouvain.be

Context and domain of proposed research:

A Ph D fellowship with a maximum duration of 4 years is available in the frame of a large multidisciplinary research project (Concerted Research Project 2015-2020 – « PolarCat »)

  • with emphasis on fundamental aspects,
  • centered on a collaboration between several research teams of MOST (Molecules, Solids and Reactivity) division of UCL (E. Gaigneaux – coordinator, D. Debecker, M. Devillers) and the laboratory of nanomaterials chemistry of Namur University (C. Aprile)
  • dealing with the control of the hydrophilic-hydrophobic balance in the preparation of heterogeneous catalysts

 

Main steps of the PhD:

  • synthesis and characterization of a series of organic ligands with variable hydrophilic-hydrophobic balance, via the derivatization of commercial ligand platforms
  • hybridization of polyoxometalates with the prepared ligands, and physicochemical characterization of the hybrids
  • immobilization of the hybrids onto or into various supports, and physicochemical characterization
  • monitoring of the ligands-polyoxometalates and of the hybrids-supports interactions
  • catalytic applications in epoxidation of olefins, and/or dehydration of terminal alcohols, or other reactions of interest

 

Practicalities:

This research will be essentially organized as a collaboration between E. Gaigneaux and M. Devillers and will take place mainly at UCL in Louvain-la-Neuve (Belgium). Starting date: immediately.

 

Eligibility:

  • Master in chemistry or in chemical (bio-)engineering or equivalent – 5 years – obtained with honors (« distinction », mark of about 14/20) at least, including an experimental Master thesis
  • With expertise in the field of preparation and physico-chemical characterization of inorganic materials, and ideally also in the field of preparation and characterization of organic ligands
  • Very good knowledge of English is required; a good knowledge of French is a plus.

 

Pour favoriser l’égalité homme/femme, chouchoutons les papas!

La maternité: loi biologique et carburant des préjugés sexistes

Les inégalités homme/femme dans le monde professionnel persistent, tout comme les préjugés sexistes. Au niveau académique, le phénomène de l’”évaporation des femmes” au fil de la carrière scientifique est bien connu et étudié. C’est notre responsabilité collective de remédier à cette gabegie et à cette injustice. Le problème le plus prégnant, celui qui à mon avis doit retenir toute notre attention, est celui du biais lié à la maternité. L’idée d’une possible maternité d’une postulante rebute certains employeurs. La maternité occasionne indubitablement un frein dans le développement de la carrière des femmes. La société (et aussi l’université) perçoit ce coup de frein comme important et irrémédiable, alimentant un sentiment de fatalité vis-à-vis de la carrière débutante des femmes.

Il est certes un point sur lequel personne n’a de prise: la femme doit supporter seule le poids physique/biologique de la grossesse, de l’accouchement, de l’allaitement. Ceci est couvert par un congé de maternité de 15 semaines (un peu court d’ailleurs, mais soit). On peut tenter d’impliquer les hommes autant qu’on veut, cette différence majeure est imposée par une “loi biologique”. Il faut en tenir compte. Nous devons donc par exemple maintenir ou renforcer certaines politiques qui visent à contre-balancer ce “handicap de compétitivité” pour la carrière. Malheureusement, ces actions sont souvent mal perçues et parfois inefficaces.

Combattre le mal à la racine: maternité vs. parentalité

Pour le reste, le décalage réellement observé entre hommes et femmes dans la sphère professionnelle est bien plus grand que celui auquel on devrait s’attendre pour une indisponibilité de 15 semaines. Le décalage est en fait accentué par les préjugés collectifs: il est tacitement admis que, pour la jeune maman, l’impact de la maternité ne se limite pas à 15 semaines d’indisponibilité. Cette assertion est un préjugé en soi. Par préjugés, la société continue d’attendre de la femme qu’elle prenne – plus que l’homme – en charge les tâches liées à l’arrivée d’un rejeton.

L’importance du décalage dans les carrières professionnelles peut être combattue en travaillant à la déconstruction du mythe de la “maternité excessivement pénalisante”. Comment? En s’intéressant à la parentalité* plutôt qu’à la maternité. En réalité, c’est la parentalité qui est la plus pénalisante pour la carrière, pas tellement la maternité (à l’exception des 15 semaines “biologiques”). La parentalité, c’est potentiellement (idéalement) l’affaire des deux sexes! Se lever la nuit, aménager ses horaires, réduire son temps de travail effectif, sacrifier une partie de ses activités récréatives et sociales… Tant le papa que la maman peuvent le faire.

homme père congé parental égalité homme femme parentalité

La parentalité est l’affaire des deux sexes

En pratique, que faire? Il faut en priorité garder à l’esprit que la loi biologique est bien réelle et que les femmes doivent bénéficier de mesures de protection et de compensation reconnaissant cet état de fait. Mais mon point de vue est qu’il faut s’en tenir au strict minimum imposé par cette loi biologique. Aller au-delà dans les “discriminations positives” à l’égard des femmes devenues mères, c’est contre-productif. C’est confondre parentalité et maternité, renforcer les préjugés, accentuer les discriminations à l’emploi. Allons au-delà, oui, mais pour les deux parents! En Suède, le gouvernement offre un bonus financier significatif aux parents à condition que 270 des 480 (!) jours de congés parentaux soient répartis équitablement entre les deux parents. Way to go!

Pour reconnaître que l’arrivée d’un enfant dans un foyer est l’affaire du couple, il faut en effet reconnaître aux deux parents le droit de prendre leur part. C’est le cas au yeux de la loi belge, qui prévoit 4 mois de congé parental pour chaque parent. Ce n’est malheureusement pas le cas dans nos pratiques, même si ça progresse (la part des hommes ayant pris un congé parental est passée de 8% en 2002 à 26% en 2012). Diverses dispositions et habitudes propres au monde du travail – parfois réglementaires, parfois tacites – freinent les hommes dans leur (potentiel) désir de s’investir plus fortement dans la vie familiale.

Deux exemples concrets dans le monde académique:

(i) L’UCL offre un complément de rémunération (salaire garanti extra-légal) pendant le congé de maternité mais rien pour les congés parentaux ni pour le congé de paternité (10 jours). Ne serait-il pas opportun de revaloriser les congés qui concernent aussi les papas? Au-delà de la question de la rémunération il faut encourager le congé parental du père dans l’accompagnement et les dispositions pratiques, au même titre que le congé de maternité (par exemple pour se faire remplacer en charges d’enseignement). Sur le plan de la perception des collègues, des campagnes de communication doivent aider à valoriser le choix que fait un père en prenant un congé parental.

(ii) Pour certaines sources de financement de la recherche il existe une limite d’âge ou d’ancienneté pour le candidat. Parfois on donne aux femmes un an de “bonus” par accouchement, considérant implicitement que pour une femme, avoir un enfant lui occasionne 1 an de retard sur sa carrière scientifique (donc 52 semaines, pas 15!). Rien de tel n’est prévu pour le jeune père, même s’il prend sa part (ou plus que sa part) dans la gestion de la famille agrandie. Est-ce réellement la meilleure stratégie? Il faut avoir le courage – même (surtout!) en tant que féministe – de se poser la question du maintient de certaines faveurs octroyées exclusivement aux mères.

On le voit, pour que notre société évolue vers une acceptation d’une parentalité plus égalitaire dans laquelle les deux conjoints peuvent à leur guise s’investir tant sur le plan familial que professionnel, il est nécessaire de revaloriser certains droits accordés aux pères et probablement de remettre en question certains avantages accordés uniquement aux mères. En d’autres termes, il faut choyer les papas!

DD

 

* le concept de parentalité a une portée sémantique et juridique bien utile permettant de considérer aussi les cas des familles recomposées ou homoparentales et l’adoption (ce que je ne fais pas dans ce billet; toutes mes excuses auprès des personnes concernées).

UCL : Université Humaniste de Louvain ?

Le pouvoir d’un nom

Il y a quelques années, la communauté universitaire de Louvain était secouée par un vif débat opposant d’une part les partisans d’un changement qui voyaient d’un bon œil la suppression du « C » dans le nom de leur chère université et d’autre part des partisans du statu quo. J’ai moi-même à l’époque signé avec enthousiasme la pétition demandant la suppression du C. Je ne reviendrai pas ici sur les arguments de ce que l’on avait alors nommé l’appel « ULouvain ». Je conseille à ceux que cela intéresse de consulter la page suivante où les termes du débat sont posés de manière détaillée.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les autorités de l’époque ont décidé de ne rien changer. De même, lors de l’élection du nouveau recteur en 2014, les deux derniers candidats en lice ont choisi de ne pas répondre à la question que j’avais posée lors du débat public de l’entre-deux tours. Que feraient-ils de cette question pendant leur mandat ? En substance, les deux candidats ont botté en touche : « il y a d’autres priorités, la communauté universitaire a besoin d’apaisement ».

UCL - Université catholique de LouvainEt depuis lors, en effet, la communauté universitaire semble plutôt apaisée (endormie ?) sur cette question. Le projet de fusion avec les autres universités qui auraient dû se regrouper sous la bannière “UCLouvain” (appellation où le mot « catholique » n’apparaît plus) a capoté. Par ailleurs, sur Internet et sur les réseaux sociaux, on évite d’utiliser l’acronyme « UCL » de peur d’être confondu avec le prestigieux University College London. Le logo aux trois lettres plébiscité il y a quelques années a été remplacé par un logo officiel où le nom complet de l’institution est présent en toutes lettres.

L’UCL est donc plus que jamais l’Université catholique de Louvain.

 

L’historique et le symbolique

Lors d’une récente réunion d’information proposée aux membres du personnel, un conseil très officiel (et très surprenant) nous a été prodigué. La réunion devait permettre de se former à informer nos (potentielles) futures recrues à propos des études, de l’institution, de la vie universitaire. Formation bien utile à l’approche des salons des études et autres réunions d’information ! Une partie de la réunion a été consacrée à tenter de désamorcer une question fréquente et embarrassante de notre public cible. Cette question c’est l’importance prise par le mot « catholique » à la fois dans le nom de l’institution, dans son fonctionnement, dans sa vie quotidienne. Question légitime s’il en est.

Et clairement, la question est fréquente. Très souvent, la question est aussi orientée : est-ce que je risque de me coltiner des messes à tout bout de champ ? Je suis musulman est-ce que ça pose problème ? Je suis athée est-ce que je peux le crier haut et fort ? Je suis pour le mariage gay, pour le droit à l’avortement, pour la recherche sur les cellules souches, contre les sociétés machistes et patriarcales,… est-ce que je trouverai ma place à l’UCL ?

La réponse à ces questions est claire: l’UCL ouvre ses bras à tous. L’UCL laisse chacun s’exprimer. L’UCL est à la pointe dans l’étude académique de la religion islamique (et une mosquée toute neuve vient d’être inaugurée à Louvain-la-Neuve). L’UCL se démarque des préceptes du Vatican en matière de recherche. À titre personnel je peux aussi témoigner : je n’ai jamais caché mon athéisme et cela ne m’a pas empêché de faire mes études et le début de ma carrière à l’UCL. Le professeur van Parijs, figure de proue de l’appel « ULouvain », est et reste un personnage très en vue de l’UCL. Dans la vie de tous les jours l’université catholique de Louvain n’a de catholique que le nom. Oh bien sûr, lors des cérémonies officielles, le primat de Belgique défile en tête de cortège. Oh bien sûr les évêques ont voix au chapitre via le pouvoir organisateur. Ces éléments reflètent l’histoire de l’institution qui, personne ne peut le nier, s’inscrit dans celle du catholicisme. Mais de nos jours ils sont devenus principalement symboliques.

 

« Catholique, ça veut dire humaniste »

Ce qui amène les « communicants » de l’UCL à jouer avec les mots. Voilà donc le conseil prodigué. Il suffit, disent-ils, de répondre que « catholique » ça veut dire « humaniste ». À l’UCL, nous « donnons la priorité à l’humain ; nous mettons l’humain au centre des préoccupations ». Ah, la belle affaire ! Peut-être qu’à l’ULB ou à l’Ulg ils mettent la priorité sur les vers de terre ou sur les cerfs-volants ? Soyons sérieux. L’Université est par essence humaniste ! Et, plus important que tout, l’humanisme n’est pas le catholicisme (lisez le dictionnaire si vous avez un doute !). La vérité, c’est que le mot « catholique » est devenu un héritage encombrant. Profitant de l’« apaisement » de la communauté universitaire, on l’endort encore un peu, et on joue avec le sens des mots pour ne pas devoir affronter cette réalité.

Ces contorsions sémantiques flirtent avec l’hypocrisie et reflètent le malaise qu’un grand nombre d’entre nous éprouvent lorsqu’il s’agit de porter l’étendard de l’UCL. J’y vois la perfidie du concessionnaire Skoda rappelant à un potentiel client qu’en dessous de sa carlingue à bas cout, il y a en fait un excellent moteur Volkswagen. Quoi que, par les temps qui courent, plus grand monde ne se vante de posséder un moteur Volkswagen… mais je m’égare.

Pour l’anecdote, un argument intéressant a aussi été évoqué : à l’UCL, avant les dissections sur corps humains, un temps de recueillement est systématiquement organisé avant de débuter. Élément de débat intéressant certes. Mais même si on parvenait à démontrer que dans les autres universités non confessionnelles les étudiants s’acharnaient comme des barbares sur les cadavres en faisant des claquettes, l’argument semble franchement insuffisant pour justifier la spécificité de l’UCL. Quelle proportion des 28,000 étudiants de l’UCL pratique des dissections sur corps humain ? Il se dirait aussi que l’UCL pratique une politique sociale beaucoup plus volontariste, avec des bourses plus généreuses et plus nombreuses pour les étudiants moins favorisés. Je me réjouis de le savoir, et j’utiliserai certainement cet argument lors des séances d’information. Néanmoins, je m’interroge : quel lien avec le catholicisme ?

 

Au-delà de la Belgique : l’international

Un des arguments clés dans le fait de garder le « C » de l’UCL, est notre attachement au continent latino-américain, très croyant. Un « marché » dont on ne peut se passer. Un argument plutôt économique que spirituel, donc. Je pose la question : est-ce que l’avantage compétitif conféré par le mot « catholique » en Amérique latine contrebalance significativement l’embarras que ce même mot provoque ici en Belgique ? Est-ce qu’on choisit sciemment de galvauder le sens des mots sur l’autel de la rentabilité économique ?

Nos signatures, nos cartes de visite, notre papier à en-tête portent fièrement l’étendard « catholique ». Il est illusoire de croire que ceci est vu d’un bon œil partout dans le monde. Sans aller à l’autre bout de la planète, prenons le cas de la France. J’ai moi-même effectué un séjour de recherche d’un an à Paris. Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai été apostrophé sur la portée de ce nom. Chez nos voisins, il est souvent vu comme excluant.

L’humanisme est sans doute une valeur derrière laquelle beaucoup se rangeraient plus volontiers. Ceci étant dit, je doute fortement que ce mot permette de mettre en avant une éventuelle spécificité de notre institution. La réputation d’une institution universitaire passe par la qualité de la formation qui y est proposée, par les résultats de ses recherches, et par son positionnement international. La réputation de l’UCL peut sereinement être cultivée sur le mot « Louvain ». Si les autorités de l’UCL elle-même reconnaissent l’embarras occasionné par le mot « catholique », je continue de plaider par la suppression pure et simple du « C » et pour l’évolution vers l’appellation « ULouvain ». Je prie (!) en tout cas, pour que ce débat ressurgisse du placard, réveillant ainsi la communauté universitaire de son « apaisement ».

DD

 

%d bloggers like this: